Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 08:56


Les villes sont souvent traversées par des cours d'eau. Le bateau est le moyen de transport par excellence. Il fait rêver... Il suffit de regarder le nombre de personnes se masant près d'une écluse lorsqu'un bateau la franchi... Il n'est pas rare non plus que les promeneurs saluent les bateaux navigants...

De l’écluse n°2 à l’Ecluse de l’Océan… 

J’ai découvert le Canal du Midi et l’Univers de la navigation en 2001. Natif des Ardennes, j’ai souvent arpenté les berges de la Meuse. Elle traverse Sedan avant de s’échapper vers Charleville où elle débute un trajet sinueux dans la vallée et elle s’élargit en Belgique avant de se perdre dans un estuaire commun avec le Rhin…

Dans les années 1980 je passais tous les jours sur le chemin du collège devant le port à charbon. Je n’y voyais jamais de bateau et pour cause, de port il n’avait plus que le nom, puisque ça faisait longtemps que le charbon n’était plus utilisé dans l’industrie locale. Mais je m’arrêtais systématiquement devant l’Écluse de Torcy, quand un plaisancier ou une péniche venait à passer. Ça me fascinait, ça m’aspirait parce que des écluses j’en avais entendu parler toute mon enfance, et ma mère nous emmenait voir pendant les vacances le plan incliné en Alsace ou la vallée des Écluses du canal des Ardennes.  Ma mère nous racontait le halage, les écluses, les mariniers et tout ça elle l’avait vécu depuis l’écluse n°2 dans laquelle elle avait vu le jour. Et le voyage en péniche elle l’avait connu à 1 an quand en mai 40 l’évacuation avait eu lieu pour elle et sa famille en Freycinet… Son père avait rejoint la Bourgogne où pendant la guerre il éclusa sur le canal de Bourgogne…

Et ma mère me transportait dans son désir de voyage, de canal, d’écluse et toussa je l’enfuis dans ma mémoire…

« Comme je descendais des fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guider par les haleurs… »

et puis le temps passa et en 2001 j’eu l’envie de faire un voyage en péniche… 30 ans, je mêlai voyage pédagogique avec un groupe de jeune avec qui je travaillais et le désir personnel de découvrir la navigation et le canal du midi… Je vécu 15 jours de rêve sur un Luxmotor… J’étais satisfait… J’avais assouvi ma soif de navigation, de canal et d’écluses… jusqu’à ce que ça me reprenne… 3 ans plus tard je fis le projet de travailler sur l’eau… et après 3 ans de travail sur le Canal j’étais mûr… Vivre sur l’eau et je me lançai dans l’aventure de la vie sur l’eau… La boucle était bouclée… 

Habiter un bateau logement c'est aussi faire un choix de vie spécial, c'est prendre de la distance par rapport à la normalité... C'est accepter de devenir SDF... C'est accepter d'être vu comme un marginal... C'est aussi la liberté.. C'est aussi les contraintes de l'entretien du bateau... 

Finalement il faut être un peu frappé pour vivre sur l'eau, c'est tellement plus simple de vivre dans une maison... Pourtant pour rien au monde je ne troquerais ma vie actuelle contre une vie Parisienne... A Paris les gens courent après le temps... sur le Canal le temps n'existe plus...

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent - dans habitat fluvial
commenter cet article

commentaires

Edith 15/12/2009 17:36



Bon, les gars, mon compagnon (david ce sera plus simple) et moi on se demande à quand la joute fluviale entre vous deux!? La lecture de la joute verbale en tout cas est un pur plaisir, merci de
nous avoir fait sourire. C'est bien sympathique de vous lire tous deux (bon j'arrête ou vous allez me trouver démago!). Je, enfin, nous sommes enchantés Laurent d'avoir trouver ici un
interlocuteur privlégié, les réponses que vous pouvez apporter à mes questions m'aident à y voir plus clair dans ce projet de vivre sur l'eau. Du coup aujourd'hui, enfin pour l'heure je ne vois
pas d'autres questions pour vous Laurent. En revanche, si captain oxygène qui dit être professionnel et qui a écrit un paragraphe très éclairant pour les "néophites" que nous sommes, pouvait dire
en quoi il est professionnel (bateliers, vente ou location de bateau que sais-je?) s'il le désire. Et aussi, sans qu'il soit question de faire de la pub nous dire où nous pouvons le
trouver...
Encore une fois un grand merci Laurent!


 



captain oxygene 14/12/2009 16:28


Rebonjour Laurent,
Il ne faut pas le prendre comme ça, il ne s'agit pas d'une leçon d'orthographe: Je n'ai pas relevé des fautes de Français mais seulement corrigé des mots spécifiques que je connais bien... Pourquoi
ne pas faire profiter les autres de mon expérience, et indiquer tout de suite les mots spécialisés justes à un nouveau ?
Dire que vous avez le droit d'écrire comme vous voulez est peut-être vrai mais pas sympa pour ceux qui vous lisent... Il me semble que le bon usage de notre belle langue ne
sous-entend pas une privation de liberté, c'est un peu le respect des autres et surtout l'assurance d'être bien compris, sans quiproquo.
Blog perso pas tout-à-fait puisque rendu public... Et moi je devrais en dire autant pour ce que j'ai écris ? Je n'oserais pas...
Je pensai que vous auriez été content de mes précisions... Personnellement j'aprécie d'apprendre un nouveau mot ou d'être informé de sa vraie orthographe, de sa signification juste, de
sa provenance... Plus j'apprends et "plus je me sens moins con"... Dommage pour vous si vous ne ressentez pas cela...
Ceci dit j'ai peut-être mal présenté mon intervention qui ne voulait pas être un reproche, j'en suis désolé.
Captain oxygene


Laurent 14/12/2009 17:00


Je suis ouvert à la critique... Sauf que : luxmotor, et Roof s'écrivent comme ça aussi. Qu'est-ce que cela apporte à Edith de savoir que luxemotor ou luxe-motor ou Luxe-motor??? Rien... Voyez
captain oxygene ce blog n'est pas un forum, c'est juste ma vision égocentrique du monde fluvial tel que je le vois depuis mon hublot, je la rend publique, je veux bien en discuter mais du fond pas
de la forme...

"Il me semble que le bon usage de notre belle langue ne sous-entend pas une privation de liberté, c'est un peu le respect des autres et surtout l'assurance d'être bien compris,
sans quiproquo."
Notre langue: il est ici question de Luxmotor, Freycinet, et Roof: 2 mots étrangers et un nom propre (A-t-il une orthographe?)
Le débat sur les libertés en est un autre, et si des Rabelais ou Du Dellay ou Chrétien de Troyes n'avaient pas pris quelques libertés avec la langue écrite de l'époque vous seriez entrain de me
répondre en latin... Vous aurez sans doute compris que je me compare à la crème de l'époque me considérant moi-même comme parfait...

Voilà pour les digressions de vocabulaire, reprenons le cours normal de nos émissions et les réponses aux questions qui taraudent Edith...



captain oxygene 14/12/2009 13:23


Bonjour à tous!
Pour Laurent je précise qu'on écrit Luxe-motor (avec ou sans tiret pas grave mais avec majuscule et surtout e, c'était les 1ères péniches hollandaises motorisées d'origine donc du
luxe et non lux, lumière en latin)...
Egalement, Freycinet (avec e et non a), et enfin en Français c'est rouf avec un u et non roof comme on le voit hélàs trop souvent...
Pour Edith, il faut comprendre que contrairement aux autos par exemple, les péniches et bateaux d'habitation déjà sont de types et de tailles multiples, et surtout n'ont pas été transformés
sur le même modèle de série, au contraire ils l'ont été par des gens différents, propriétaire, ancien propriétaire, chantier (pour ceux qui ont des moyens + importants), aménageur spécialiste, et
souvent modifiés par la suite...
Ils sont donc tous différents, peuvent ressembler (trop) à un appartement classique, à un chalet, à un bateau de pêche ou à un sous-marin (hublots absents ou riquiquis)... donc très luxueux et
compliqué, ou pratique et agréable sans luxe, comlètement raté, disgracieux, mal isolé, haut de plafond, très étroit, mal chauffé, mal éclairé, etc... 
Et un bateau ayant certains incovénients, si son prix est très attractif, peut très bien être modifé, même en profondeur, et apporter confort et bonheur à un nouveau proprio après avoir
dégoûté le précédent !
Donc: Ne pas se faire de fausses idées générales en voyant une ou ou deux péniches, car vous pourriez vous faire des illusions sur celle que vous allez acheter, ou au contraire vous décourager en
en visitant une faite n'importe comment ou tout simplement non adaptée à vos besoins... Et l'oeil du néophyte est hélàs influencé par le "tout nouveau tout beau"!
Ensuite: Les conseils des bateliers sont précieux pour la navigation et l'entretien, par contre sauf exception pas pour la transformation... C'est là que c'est plus difficile, on voit et entend un
peu tout et n'importe quoi sur les prix, sur les bonnes et mauvaises solutions...  Quelqu'un peut avoir dépensé une fortune pour faire ou faire faire son bateau-logement, et un autre aura fait
beaucoup mieux en pratiquant la récup', avec un prix de revient très bas...  Donc bien cerner la personne que vous interrogez, ses moyens, ses goûts, ses besoins !
Enfin, on y arrive justement, vos besoins et vos moyens !  Un client n'entre pas dans une agence immobilière en hésitant entre un château, un T2 et une cabane dans un arbre... Dans les
bateaux, si ! Je suis professionel de longue date, le + souvent le client néophyte s'intéresse au même bateau que celui qu'il vient juste de visiter, ou à celui qu'il a vu sur une de mes
annonces et qui ne lui conviendra pas du tout, contrairement à celui de l'annonce d'à côté qu'il n'avait pas remarqué: Le coup de coeur n'est pas la panacée !
Pour faire votre choix il faut donc impérativement établir un cahier des charges: Habiter en ville ou pas, laquelle ou lesquelles ou près desquelles (possibilités de place,
tranquilité et prix, rien à voir), à combien (couple, enfants, amis, mini et maxi en m²).  Programme de navigation (Très peu: grand bateau OK mais vous ne
saurez pas le conduire avant un bail... Naviguer souvent: bateau - long et - large, éclusages et stationnements facilités... Petits canaux: encore + petit... Navigation côtière en plus: - long et
plutôt + large, genre grosse vedette, petit remorqueur transformé voire allongé, ou type spécifique très rare à cause des faibles tirant d'eau et tirant d'air pour les canaux). 
Budget total, c'est-à-dire montant maximum tout compris (pour ne pas aller dans le mur ou vous dégoûter avant d'avoir fini l'aménagement, après 5 ans dans le logement marinier avec
le gamin)... Financement (L'idéal est d'avoir des fonds propres pour l'achat, sachant qu'il n'est pas évident de faire passer un prêt immobilier pour l'achat d'un bateau qui est un
bien mobilier, mais que c'est + facile pour des travaux, dont la partie faite par un pro pourra bénéficier d'une TVA à 5,5%)... Goûts personnels et autes critères "sine qua
non"...
Bon après tout ça posé sur le papier et quelques visites de bateaux pas à vendre (pour ne pas subir de pression)... Eplucher les petites annonces en lisant bien les détails importants (hélàs
souvent absents), et procéder par élimination avec les  critères rédhibitoires, tout en envisageant de petits compromis mais pas trop... Contact téléphonique, questions précises et note des
réponses, si rien de négatif demande de dossier... Etude de celui-ci, si rien de négatif demande de RV... Visite avec appareil photo, mètre-ruban (en l'absence de plan coté fourni comme le +
souvent) et sans le copain-conseilleur-qui-connait-les-bateaux (il avait loué un voilier de 8m il y a 3 ans aux Antilles !), questions pécises, étude des factures et expertises (si le bateau
présente bien et que le vendeur a l'air méticuleux et honnête, et ne mets pas la pression, un rapport de sondage de coque de moins de 8 ans peut suffire, la validité étant de 10 ans, et on peut
toujours contacter l'expert!)...  Après visite des bateaux retenus (la décision d'habiter sur l'eau étant prise depuis longtemps, ne pas perdre trop de temps pour ne pas risquer de louper
celui que vous aurez choisi), choix final par élimination ou abandon du projet...
Savoir que s'agissant de mode de vie et d'achat atypiques, il faudra forcément vous lancer avec au moins une petite part d'inconnu...  On ne peut pas (bien que ce soit + facile et moins risqué
avec beaucoup d'argent) vouloir passer pour un original ou un aventurier, et exiger toutes garanties et sécurités, et le tapis rouge...
Allez bon courage!


Laurent 14/12/2009 14:59


Bonjour Captain Oxygene,

Pour les leçons d'orthographe, je suis libre d'écrire les mots comme il me sied, avec ou sans faute, avec orthographe française ou non académique... En effet ceci est un blog perso sur une
expérience perso de la vie sur l'eau et non pas un blog sur l'orthographe des mots du fluvial... Vous savez j'ai fait la magique étude que nul n'élude disait si joliment Arthur et faire attention à
l'orthographe ne m'a mené nulle part ailleurs que sur un bateau...

Par ailleurs c'est gentil de venir en aide et conseiller Edith...

Enfin devant tant d'organisation je suis ébloui, par l'orthographe je suis ébaubi, à quand votre blog ébahissant?


Edith 12/12/2009 17:35


Bonjour Laurent,
Mon compagnon venant de prendre connaissance de notre correspondance me demande de vous demander si le permis bateau valable en mers territoriales est suffisant, ou plutôt valable, pour
piloter une péniche? Je me permet de vous redemander: savez-vous où nous pouvons passer ces permis péniches?
Vous disiez dans votre blog qu'il est très important quand on projette d'acheter un bateau de vérifier le bon état de la coque. Mais comment le voir si le bateau est dans l'eau? Mon copain me
demande aussi si il faut prévoir régulièrement de sortir le bateau de l'eau pour son entretien et si oui quel coût cela peut atteindre?
Ah oui je voulais aussi vous demander: je ne sais pas si vous avez déjà vécu dans une maison je supose que oui, trouvez que cela reviens plus cher (impôts, entretien, mazout, eau, électricité
etc...) d'habiter en bateau logement?
J'espère ne pas êre trop lourde avec mes questions mais comme vous l'avez si bien dit vous même peut-être que d'autres personnes se les posent et cela profitte ainsi à tout le monde.
Encore une fois merci pour vos réponses


Laurent 13/12/2009 17:24


Bonjour Edith,

le permis bateau valable en mers territoriales est suffisant, ou plutôt valable, pour piloter une péniche?

Le nouveau permis mer n'est pas valable en fluvial mais je crois que s'il est ancien il est possible de piloter en fluvial mais je ne suis pas certain de l'info...

savez-vous où nous pouvons passer ces permis péniches?

Dans la région: à Toulouse, Narbonne (Bateau école Diderot par ex.), Béziers...

Mais comment le voir si le bateau est dans l'eau?

Pour connaître l'Etat de la coque il faut sortir le bateau de l'eau. Si le vendeur a fait faire une expertise récente vous pouvez éviter de sortir le bateau de l'eau si vous avez confiance mais il
est plus sûr de la faire soi-même en demandant à un expert de réaliser un plan de sondage avant l'achat. Sur le Canal il y a des Cales sèches à Toulouse, Gailhousty, Sète,  (pour les bateaux assez grands) et Castelnaudary et Agde pour les plus petits. Le cout d'une sortie d'eau pour une semaine se situe entre 400 et 1000€
selon le chantier et la taille du bateau et l'expertise entre 700 et 1500€ suivant la taille du bateau et l'expert.
Ah oui je voulais aussi vous demander: je ne sais pas si vous avez déjà vécu dans une maison je supose que oui, trouvez que cela reviens plus cher (impôts, entretien,
mazout, eau, électricité etc...) d'habiter en bateau logement?
Je crois que ca n'est pas comparable. Il n'y a pas d'impots mais d'autres frais qu'on n'a pas dans une maison mais sur l'ensemble si on a le même niveau de vie les couts sont
semblables.


Edith 11/12/2009 22:41


Bonjour à vou Laurent et Nikoley!
Moi aussi je tiens à vous remercier pour vos réponses qui commencent à m'éclairer peu à peu sur ce à quoi peut ressemblr un vie sur l'eau. Une question (que je tiens à poser même si je me doute de
la réponse mais vaut mieux paraître bête deux secondes que de le rester) qu'est ce qu'un roof et un marinier? AH oui! et question primordiale, il me semble, que j'oublie de poser à chaque fois:
faut-il un permis bateau spécifique pour conduire une péniche, si c'est le cas où puis je me rnseigner pour le passer? Merci de vos réponses par avance et bonne soirée!


Laurent 12/12/2009 01:02


Edith,
un marinier (ou batelier), c'est le métier de piloter des péniches de transports. Quand on vie sur l'eau on est plutôt plaisancier. Sur le canal du midi il est peu courant d'être voisin d'un
marinier en retraite mais ils possèdent une connaissance approfondie du monde des bateau d'eau douce.
Le roof est la superstructure du bateau. Je ne sais pas si c'est plus clair. En général c'est ce que l'on voit sur le pont à l'arrière des grosses péniches et qui abrite le logement du marinier
quand la péniche servait au transport.
Pour le permis, il en existe deux. Le permis "eaux intérieures" qui permet de piloter des bateaux de moins de 20m en eaux intérieures. Il faut passer un code (comme pour la voiture) et une épreuve
pratique de 3 heures sur un bateau. Le 2ème permis est une extension du premier et permet de piloter des bateaux de plus de 20m. l'épreuve consiste à une pratique de 9 heures. Le moniteur de
bateau-école est aussi l'examinateur. Autant dire que la pratique est assez aisée à obtenir. Pour le code c'est comme pour les voitures avec un ordi. Le plus difficile n'est pas d'obtenir le permis
mais de piloter et d'apprendre à piloter, d'où l'intéreêt de connaître quelqu'un de la profession (un marinier par ex) pour les premières navigations en solo.
Ensuite il existe des permis professionnel pour les bateaux à passager et le transport de marchandises...
Bon week-end